Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

11/10/2007

"Peur(s) du Noir" à Rome

c723f0c2a138549b75b8ffb8b69d3b38.gifLe film « Peur(s) du Noir » sera présenté en première mondiale ce 21 octobre, dans le cadre de la Fête du Cinéma de Rome, a-t-on appris jeudi. Il est présenté comme « film surprise », hors compétition. Produit par les Français Valérie Schermann and Christophe Jankoviae, « Peur(s) du Noir » est aussi coproduit en Belgique par La Parti (producteur, faut-il le rappeler ?, de « Panique au Village »). Une partie de production et de la post-production en a été réalisée à Bruxelles. Film d'animation ambitieux, ce projet réuni autour du thème de la peur quelques-uns parmi les plus grands illustrateurs et auteurs de bande dessinée actuels : Blutch, Charles Burns, Marie Caillou, Pierre Di Sciullo ou Lorenzo Mattotti. La direction artistique est assurée par le mythique Etienne Robial. La narration est assurée par Guillaume Dépardieu, Aure Atika et Arthur H. En Belgique, il faudra attendre le Festival Anima, début février, pour découvrir l'une oeuvres les plus attendues du moment. (A.Lo.) (Image : Copyright Charles Burns)

15/06/2007

Panique à Annecy (II)

cd4d0cffa87ec56adc5accab9d58ef42.jpgLes animateurs belges ont toujours été bien accueillis au Festival international du film d'animation d'Annecy. Le Benelux étant hôte d'honneur de la trente et unième édition, l'édition de cette année prend des airs de fête. Ce fut notamment pour les anciens de l'Atelier d'animation de La Cambre – dont plusieurs se sont éparpillés un peu partout dans le monde de se retrouver. Le Luxembourgeois Claude Grosch, de retour dans son pays natal, repris dans la rétrospective Benelux, est ainsi présent avec le Franco-Canadien Luc Otter (les habitués du Festival du dessin animé de Bruxelles se souviennent de ses films d'étudiant) : les deux anciens condisciples développent actuellement un projet avec Samsa Films. On les a retrouvé un soir à la terrasse d'un café de la vieille villeoù convergeaient au fil de la soirée les « anciens » : Benoît et Christelle Féroumont (le premier a son dernier film « Dji vou veu volti » retenu en compétition (voir la bande annonce ici : http://www.djivouveuvolti.com/ ), il est également l'un des auteurs repris dans l'exposition « De la case à l'écran », sur les rapports entre bande dessinée et animation en Belgique), Philippe Capart (sur notre photo, aux côtés du camarad Patar. Philippe était également à l'honneur de l'expo « De la case à l'écran ») puis, enfin, Vincent Patar (avec sa femme Béa et leur petit garçon Victor) et Stéphane Aubier. Les conversations allaient bon train sur les projets respectifs, le parcours des autres anciens camarades ou les séances du jour, toujours observées d'un oeil avisé et analysées sans pitié.

Vincent (Patar - sur notre photo du haut, avec le réalisateur, auteur de BD et historien de l'animation Philippe Capart) nous a d'ailleurs confié que cela faisait six ans qu'il n'était plus venu. "La dernière fois, le pilote de "Panique au Village" était en compétition. On a d'ailleurs gagné le Grand Prix avec celui-ci." Et la toute première fois, tou-toute première fois (Vincent, discomaniaque, aime bien les vieilles chansons ringardes malgré des goûts très sûrs) ? "C'était en 85, je crois. On a longtemps eu notre période "camping"..." (Les étudiants en animation fauchés squattent les campings d'Annecy. Comme la pluie est souvent au rendez-vous, vous imaginez le plaisir...) "Maintenant, on ne vient plus que lorsqu'on est invité et, donc, logé royalement par le Festival !" (Je ne peux malheureusement pas retranscrire l'inénarrable rire de Vincent...).

af2f134eb9367c24e752d73dcb339afc.jpgEn dehors des « cambriens », les Belges présents étaient évidemment nombreux, au premier rang desquels Raoul Servais, doyen de la profession et fondateur de la section animation de l'Académie des Beaux-Arts de Gand – la première du genre en Belgique – qui fête cette année ses quarante ans. Inévitablement au coeur d'une exposition sur le Benelux Animé que le Conservatoire d'Art et d'Histoire d'Annecy organise jusqu'au mois de décembre, l'auteur de « Taxandria » est aussi à l'honneur d'une exposition dans une galerie d'art de la ville. (Nous l'avons surpris en conversation avec Doris Cleven, la co-directrice du Festival Anima de Bruxelles).

1a18e076f674e0b21d0ba9a66bb77e79.jpgPic Pic et André ont aussi animé les écrans de la soirée Benelux, qui s'est tenue le 13 au soir, au lieu dit La Plage. L'assemblée s'était alors complétée entre autres de William Henne (Atelier Zorobabel), Eric Blésin (qui vient de signer un nouveau court métrage, « Histoire à la gomme », et qui a oeuvré sur la série « Panique au Village »), Kim Keukeleire, Christine Polis et Guionne Leroy (toutes trois au générique du très beau « Max & Co », coproduction helvético-franco-anglo-belge) et la bande de L'Enclume, nouveau collectif d'animateurs issus de La Cambre (Jérémie Mazurek, Rémi Durin, Constantin Beine et Paul Jadoul, ce dernier étant dans la compétition 2007 avec son court « Telerific Voodoo » à découvrir absolument ici : http://www.enclume-animation.com/enclume.swf ). Et tout le monde a eu le plaisir de revoir Florence Henrart, expatriée en Espagne, et qui a profité de cette rétrospective pour retrouver ses anciens condisciples. Il y avait enfin la joyeuse équipe du Festival Anima (Philippe Moins, Doris Cleven, Françoise Cathala et Karin Vandenrydt – ces deux dernières n'étant pas les premières à rentrer à l'hôtel ;-)) ) entre quarante-douze visions de présélection en vue de leur édition 2008. Et bien sûr une forte délégation de la production de « Panique au Village » avec Philippe Kauffmann (pour La Parti Production – très stressé à la veille de donner en anglais une conférence sur le montage financier du film), Ben Tesseur, Steven De Beul, Pilar Torres Villodre (pour Beast Animation) et Marion Charrier, décoratrice sur « Panique » et également au générique de « Max & Co ». (A.Lo.)

L'album des Belges à Annecy 2007 ici : http://paniqueauvillage.blogs.lalibre.be/album/panique_a_... 

16/05/2007

Souvenir cannois du producteur

f3876d09f4d7e20d990a4da4aff992d1.jpgAujourd'hui, c'est le grand jour du cinéma : Cannes, rendez-vous annuel des cinéphiles, s'ouvrira officiellement ce soir avec la projection de "My Blueberry Nights", le nouveau film de Wong Kar Wai, en compétition officielle.

"Panique au village" n'y est pas encore. Mais, qui sait, peut-être que Coboy et Indien arpenterons la Croisette en 2009 ? Un de ses producteurs, Vincent Tavier, est un vieil habitué des lieux : il y était en 1992 avec l'équipe de "C'est arrivé près de chez vous", qui avait été sélectionné à la "Semaine de la Critique". Il nous en contait quelques souvenirs l'année dernière :  "On est parti en bagnole à Cannes, entassé à cinq. La Semaine nous avait dit qu’ils pouvait nous trouver un appartement. Mais on a dû le payer de notre poche ! On avait deux noeux papillons pour douze. Le film était précédé d’une bonne rumeur, mais une fois qu’il est passé, c’est carrément devenu la folie furieuse. Tout le monde voulait voir le film. Une dépêche de l’AFP a même titré : « un film belge provoque une émeute ». C’était l’année où Cannes découvrait aussi Tarantino avec « Reservoir Dogs » et on a été un peu associé à ce nouveau phénomène. Nous, on a traversé tout ça dan une espèce de coma semi-éthylique."

Depuis, Vincent Tavier n'a eu de cesse d'y retourner. Il y était encore l'année dernière pour présenter "Komma" de Martine Doyen, avec Arno. "En quinze ans, j’y suis allé une dizaine de fois. Cela fait parfois un drôle d’effet. C’est un peu intemporel, comme quand tu vas à Louvain-la-Neuve où tu croises toujours des jeunes de 18-22 ans. A Cannes, tu as l’impression de voir toujours les mêmes têtes, dans le même décor. Heureusement que le numéo de l’édition change sur les affiches, sinon tu ne saurais plus où tu en es... "  "Comme dit Benoît (Poelvoorde, NdlA), Cannes et au cinéma ce que Sainte Marie de la Mer est aux gitans, un grand endroit où tout le monde se retrouve et fait la fête. C’est vrai que c’est l'occasion de voir en un seul endroit des partenaires ou des contacts qui travaillent à des milliers de kilomètres de distance. Et puis, il n’y a qu’à Cannes que tu te retrouves un soir dans une pizzeria à côté de Tarantino, tout seul. Et là tu dis : tiens, il connaît aussi la meilleure pizzeria de Cannes!"

 En attendant de savoir si Coboy et Indien goûteront à la pizza cannoise, voici pour ceux qui ne connaitraient pas encore la série un petit extrait de l'épisode 6 : "Robin". Histoire de patienter d'ici là.


(Tous droits réservés :  © La Parti/Pic Pic André)