Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/07/2007

"Panique" au studio (2)

f2ed604a17fd13a0dc4a35bd8e1c5d6f.jpgLa préparation et le tournage d'un film, c'est un long fleuve pas toujours tranquille. Cette semaine, pour l'équipe de "Panique au Village", c'est une période de doute, comme nous l'a confié Philippe Kauffmann, l'un des producteurs de La Parti Production :  "On s'interroge sur certains passages du scénario. C'est un peu la grosse remise en question : est-ce assez drôle ? Nous nous sommes rendus compte que notre animatique (NdlR : lire nos notes précédentes) était trop basique pour "bétonner" le travail de prépa. C'est vrai qu'une bonne animatique, ça aurait nécessité trois personnes à temps plein pendant trois mois. Là, on voit que ce qu'on a ne suffit pas. On a demandé à Guillaume Malandrin de revoir scénario et story board avec Stéphane et Vincent."

Guillaume Malandrin est l'un des producteurs, membre fondateur de La Parti. Il est aussi réalisateur : il vient de terminer "Où est la main de l'homme sans tête ?" avec Cécile De France dans le rôle principal. Il peut apporter sur "Panique au village" un  regard frais et aussi un oeil de metteur en scène "live". A l'heure où nous écrivons ces lignes, Guillaume, Vincent et Stéphane retravaillent d'arrache-pied le story board, Stéphane et Vincent redessinant au fur et à mesure les éléments qui ne collent pas.

Mais pas de... panique. Ce genre de crise existentielle est le lot de tout film. Chez Pixar, ils ont même un tableau où sont comptabilisées toutes les reprises en main du scénario et du story board. "Le Monde de Nemo" détenait encore récemment le record, avec plus de  43 536 modifications ! Et pour "Ratatouille" - qui sortira début août sur les écrans belges - le réalisateur Brad Bird, qui a repris le projet en cours de route il y a deux ans, a tout simplement jeté à la poubelle le scénario dont il avait hérité pour tout reprendre à zéro. Chez Beast Animation et à La Parti, on est encore loin de ces excès. Même si un peu de zèle ne peut évidemment pas faire de tort au résultat final. (A.Lo.)

16/07/2007

Pendant l'été, les travaux continuent

9a05bfec834dc1d8cd59d81f03949e9f.jpgOuïe... L'ami Kauffmann va me faire la tête : deux semaines sans nouvelle note sur notre blog ! C'est que pendant l'été, la vie continue à la rédaction de La Libre et mon petit camarade Fernand Denis étant en vacances, je me retrouve seul pour les visions de presse... dont le rythme commence seulement à se ralentir en cette mi-juillet. Dur métier que le nôtre (si, si : ne croyez pas ce que vous racontent les envieux...). Pour me faire pardonner, je vous mets en ligne ci-contre, à droite, un nouvel album, où vous pouvez suivre, presque pas à pas, comment se fabriquent les différentes poses d'un personnage - dans le cas présent, Gendarme qui se livrera à une espèce de danse du ventre durant une soirée d'anniversaire (on sait que Vincent et Stéphane affectionnent les scènes de grosses fêtes au son de beat technos - on va encore me reprocher de critiquer les goûts musicaux de Monsieur Vincent).

Sinon, il me revient aussi que nos camarades ont encore remis le scénario sur le métier. L'animatique, bouclée il y a deux semaines, a révélé quelques petits problèmes de rythme (Anne-Laure n'aura pas bossé pour rien...). Nous irons contrôler tout cela cette semaine. (A.Lo.)

02/07/2007

Histoire de briques

On vous expliquait dernièrement que l'équipe de 3f46a6381682bab48dd41638408533a1.jpg"Panique au Village" avait été jusqu'à commander en Chine un stock de figurines de cow-boys et d'indiens. Cette quête de matériel jusqu'à l'étranger se poursuit. « On a commandé les couleurs pour peindre les personnages à Barcelone » nous a confié Ben Tesseur, premier assistant réalisateur. Motif : la couleur utilisée est celle utilisées pour les cellos traditionnels de l'animation. Mais cette technique se faisant rare, on en trouve de moins en moins en Belgique. « On s'est adressé directement à l'un des derniers fabriquants, basé en Espagne. Ils nous feront des mélanges rien que pour nous. » En l'occurence, la nationalité de Pilar Torres Villodre, l'assistante de production, a facilité le contact. Et Pilar ne s'est pas arrêtée en si bon chemin : elle a aussi commandé un stock de 10 000 briques (minitures) à un autre fabriquant de Barcelone. « Dans l'histoire, il y a un gros tas de briques qui s'accumule sur la maison de Cheval, précise Ben. J'ai trouvé 5 000 briques miniatures – celles qui sont utilisées pour les maquettes d'architecte – dans un magasin de Grimbergen. On a fait un essai mais ce ne sera pas assez pour l'une des scènes. On nous a dit que si on commandait, cela prendrait trop de temps. Alors on est remonté directement au fabriquant ». Détail cocasse : les briques belges et les briques espagnoles sont différentes. Les premières sont creusées de trois trous alors que les secondes sont striées sur le côté. Et le fabriquant a été jusqu'à reproduire cette distinction en miniature. (A.Lo.)