Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

07/05/2008

Dans l'antre de Mélusine

Mélusine productions, partenaire luxembourgeois du film "Panique au Village", en connaît un rayon sur l'animation. A sa tête et celle du Studio 352, le Belge Stéphan Roelants. Rencontre.


Vous êtes ici dans l'un des plus vieux studios (d'animation et, plus largement, de production d'arts graphiques) d'Europe, il date de 1997", indique, d'emblée, Stéphan Roelants, 42 ans, directeur général du Studio 352 et de Melusine productions, installés dans le zoning de Contern, à une quinzaine de kilomètres de Luxembourg. C'est là - coproduction oblige - que se poursuit, depuis début avril, le tournage du long métrage "Panique au village" (voir LLB 7/4 et ci-dessous).

Après des études en sciences éco appliquées et une candi en droit, le Montois Stéphan Roelants se lance dans son rêve : la production audiovisuelle. "J'ai toujours aimé inventer, raconter des histoires - j'ai écrit pas mal de nouvelles et de scénarios -, mais je n'avais ni le talent graphique ni l'envie d'être sous les projecteurs. En outre, j'aime ce rôle de lien que joue le producteur, entre le monde des artistes et celui des banquiers. Et j'y retrouve plusieurs de mes centres d'intérêt : scénario, musique (NdlR : il joue dans deux groupes, Beef et Barbarian Winter) , photographie, cinéma", raconte l'intéressé.

Il se rôde d'abord au sein de différentes sociétés de production (dans le domaine du documentaire notamment), migre vers le Luxembourg - aigri par "la mentalité procédurière et politisée de l'audiovisuel en Belgique" - et côtoie le monde des grosses productions et de l'international en collaborant avec "Films". Avant de créer, à 30 ans, sa propre société, Studio 352, qui se veut "studio d'animation avec une équipe fixe, multitalent" (une quinzaine de personnes à l'origine).

Elle a pour particularité de travailler régulièrement avec des partenaires américains (Walt Disney Productions, DIC Entertainment...). Dans le domaine de l'animation - outre la création graphique pour l'architecture, la pub, etc. -, Studio 352 propose ses compétences à différents niveaux : développement de personnages, de décors, de couleurs, création du storyboard, modélisation en 3D...

Le bilan, en douze ans d'activité, est conséquent : Studio 352, qui occupe 33 personnes fixes (il y en avait 40 en 2007, avant restructuration) outre des collaborateurs réguliers, a participé à une cinquantaine de séries (parmi lesquelles "Sabrina", "Horseland bienvenue au ranch" et "Sushi pack"), une petite quarantaine de longs métrages DVD (dont les "Charlotte aux Fraises"), et quelques longs métrages pour les salles ("Tchoupi"...).

"Nouky", success story

Certains sont coproduits - généralement à 20 pc maximum - par Mélusine, société de production et de financement créée dans la foulée de Studio 352 par Stéphan Roelants. A son actif, on peut également citer les séries "Kiri le clown" et surtout "Nouky et ses amis", inspirée de la peluche éponyme, et dont Studio 352 a développé le graphisme de A à Z. Cette série ludo-éducative - élaborée avec l'aide de deux psychologues des Cliniques Saint-Luc - a fait un joli carton : elle a déjà été vendue dans plus de 100 pays. Mélusine et Studio 352 réalisent désormais chacune un chiffre d'affaires d'environ 1,5 million d'euros. "Après douze ans d'activité, on peut désormais se permettre de choisir les projets qui nous tiennent vraiment à coeur, se recentrer sur l'aspect qualitatif, privilégier les scénarios solides et les challenges graphiques intéressants", note Stéphan Roelants, citant "Word World", une série originale où le corps de chaque héros-animal est composé des lettres qui forment son nom.

Côté longs métrages, il y a donc "Panique au village", un véritable coup de coeur de Stéphan Roelants, tout heureux par ailleurs de travailler avec quelques-uns de ses amis belges. Un "ovni" dans lequel il croit fermement, avec "son humour décalé mais assez universel, qui fait rire de concert parents et enfants".

Mélusine est partenaire de deux autres films d'animation actuellement en préparation, qui devraient beaucoup faire parler d'eux. Deux adaptations de livres pour enfants attachants et originaux en l'occurrence : "Ernest et Célestine", l'ours et la souris créés par la Bruxelloise Gabrielle Vincent, d'une part, et "Papa raconte", la BD scénarisée par le Français Lewis Trondheim et dessinée par le Liégeois José Parrondo, de l'autre. Ce dernier long métrage, produit par Les Armateurs ("Kirikou", "Les Triplettes de Belleville") sera réalisé par Jean-Christophe Roger, qui avait déjà présidé aux destinées de la série (baptisée quant à elle "Allez raconte" et diffusée sur M6). Où, déjà, la voix du père était assurée par l'acteur... Dany Boon. "Ernest et Célestine" peut, pour sa part, compter sur la notoriété et le talent de conteur de l'écrivain Daniel Pennac, qui en a écrit le scénario. Celui-ci est "fantastique, contemporain sans être jeuniste", s'enthousiasme le responsable de Mélusine .

Stéphan Roelants a aussi gardé un pied en Belgique, où il dirige le studio d'animation Sika. Et là, les choses bougent. "Il y a de grandes chances que, début 2009, je déménage ce studio vers ma région d'origine, Mons, où est en train de se développer un pôle de l'animation et de l'audiovisuel." Tout en prônant, plus largement, un rapprochement de la Belgique et du Luxembourg - voire quelque autre pays voisin - afin de créer un pôle de production à même de concurrencer de plus grands pays. "Après le charbon et l'acier, ne peut-on imaginer une communauté de l'image et de l'animation ?".

(Sophie Lebrun, à Luxembourg)

Les commentaires sont fermés.